Rugbyfederal

S'inscrire Connexion Menu Menu

Mort du Lyon Sevens

#1

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

Laporte, par le biais de Dullin, la FFR souhaiterait que le Lyon Sevens ne se fasse plus à Lyon, mais à Geoffroy Guichard, avec l'appui du nouveau club de Saint Etienne, le RCSE. 

Les dirigeants du CRL, du LOU ont soutenu Camou sans équivoque, tout comme ceux du RCSE ont soutenu Laporte.

On sacrifie donc la rentabilité et la faisibilité d'un événement, au profit de la République des Copains, dénoncé par ce même Laporte. 

Dernière modification par GeorgesJack (11/01/2017 11:30:30)

#2

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

GeorgesJack a écrit :

Laporte, par le biais de Dullin, la FFR souhaiterait que le Lyon Sevens ne se fasse plus à Lyon, mais à Geoffroy Guichard, avec l'appui du nouveau club de Saint Etienne, le RCSE. 

Les dirigeants du CRL, du LOU ont soutenu Camou sans équivoque, tout comme ceux du RCSE ont soutenu Laporte.

On sacrifie donc la rentabilité et la faisibilité d'un événement, au profit de la République des Copains, dénoncé par ce même Laporte. 

Ce tournoi à Saint-Etienne, c'est la mort assuré de cet événement, qui avait trouvé son public à Lyon.

#3

  • pat11
  • Membre
  • 12/06/2005
  • Msg : 2 281

pas top top

#4

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

Pas top top en effet. Dans la partie 3e mi-temps du Forum, Olivier a pris la peine de me répondre, j'en ai fais de même, si tu veux aller voir la discussion, j'ai bon espoir de pouvoir parler du fond avec le sieur Le Piquant, même si j'ai joué la provoc' au début pour qu'il me réponde 

#5

  • olivier
  • Le Piquant
  • 13/02/2011
  • Msg : 14 089

C'est pas de la provoque que tu as fait, ce sont des accusatiins infondées.

Emile Zola, puis il s'écrava.
Amateur de Paul Verlaine et Marcel Verlaube.

#6

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

olivier a écrit :

C'est pas de la provoque que tu as fait, ce sont des accusatiins infondées.

Infondées ? Je te laisse revenir sur le fil "Laporte" dans l'onglet 3e mi-temps ou j'explique que cet événement va se casser la gueule financièrement et en terme d'image cette année, par entre autres, les choix de la nouvelle FFR. 

Après, j'admets m'être trompé sur qui soutien exactement qui. N'empêche, il y a un vrai jeu politicien derrière cette décision. Reconnais le. 
Le soucis, c'est que ce jeu là, il va coûter des ronds. Et pas qu'un peu. Je trouve ça dommage quand de l'autre côté, dans la communication de la FFR, la même équipe dirigeante annonce transparence et sérieux financier. 

Dernière modification par GeorgesJack (12/01/2017 16:01:48)

#7

  • le cavare
  • Membre
  • 12/10/2008
  • Msg : 124

questions de néophyte:

"On sacrifie donc la rentabilité et la faisibilité d'un événement" est-ce bien sûr? le Lyon Sevens était-il rentable? pourquoi Saint-etienne ne serait pas capable de l'organiser et de bien l'organiser?"

"Ce tournoi à Saint-Etienne, c'est la mort assuré de cet événement, qui avait trouvé son public à Lyon." Doit-on en déduire que les amateurs de rugby lyonnais seraient aussi stupides que les footeux et ne se dépaceraient pas à Saint-Etienne pour un évenement que tu qualifies d'exeptionnel?

Quant à la "république des copains" peut-être mais encore faut-il le prouver. pourquoi ne pas reprocher aux dirigeants du LOU (lequel de LOU d'ailleurs) ou du comité d'avoir misé sur le mauvais cheval (pourquoi d'ailleurs?) et sont-ils finalement bien à leur place? je crains à l'aune de cette affaire un manque cruel de clairvoyance et de capacité d'anticipation?
 

#8

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

le cavare a écrit :

questions de néophyte:

"On sacrifie donc la rentabilité et la faisibilité d'un événement" est-ce bien sûr? le Lyon Sevens était-il rentable? pourquoi Saint-etienne ne serait pas capable de l'organiser et de bien l'organiser?"

Sur l'exercice 2015, le Lyon Sevens est à l'équilibre. Après 3 ans en déficit (jamais à hauteur de ce qu'il se produirait si l'événement se faisait à Saint-Etienne) il a atteint sa vitesse de croisière et son modèle économique a été validé sur l'édition 2015, avec l'attente de cet équilibre financier. 

Pour plusieurs raisons diverses, l'organisation à Saint-Etienne me paraît compliquée : 

  • Logistique : Le LOU, aussi bien la SASP que l'Asso apportait un vrai soutien au CRL - le véritable organisateur de l'événement - Aussi bien pour assurer la billetterie de l'événement, une partie de la promotion, la logistique, la sécurité, et j'en passe. Je doute que le tout neuf RCSE puisse servir de support au point du LOU. Il faudrait peut être se rapprocher alors de l'ASSE, club professionnel lui aussi, qui remplierai ce rôle. Mais je n'y crois guère.
  • Financièrement : Je vais essayer d'être synthétique. Le Lyon Sevens, en se basant sur le budget 2015, c'est une enveloppe de 250 000€. Pour le financer, le CRL a pu s'appuyer sur : 15 000€ de la région, 35 000€ de subventions Grand Lyon/Ville de Lyon, 50 000€  de partenariat/sponsoring, 70 000€ de subvention exceptionnelle de la FFR. Les 80 000€ restant ont été apportés par la billetterie et le pôle buvette/restauration sur place - 10 000 spectateurs sur deux jours, ça nous fait un ticket billet/conso sur place à 8€/spectateurs, on est dans quelque chose de tout à fait réel. 
    Déjà, sur une organisation à Saint-Etienne, on va avoir une augmentation du coût de production de l'événement : tous les services annexes (sécurité, nettoyage ... ) car GG est beaucoup plus compliqué à exploiter que le Matmut Stadium. De plus, c'est une seule société en situation de quasi monopole qui a les compétences et la maitrise du lieu. Donc ce sera le prix fort. 
    Ensuite, les recettes vont diminuer : jamais dans les 6 mois qui reste, le pôle partenariat du Comité trouvera 50 000€ de sponsoring-partenariat sur l'agglomération stéphanoise. 
    Quid de la subvention de la région avec un Wauquiez qui coute les budgets à tout va ?
    Et quid de la subvention de l'agglo et de la municipalité, avec un maire à droite à Sainté, qui lui aussi, joue bien du ciseaux sur les budgets ? 
    Pour le public, l'édition 2015 s'était tenu mi-juin. Là avec un calendrier prévu pour début juillet, les vacances vont faire mal : Plus d'opération avec les écoles de rugby pour remplir le stade, et faire venir les parents aussi. Le public famillial en général ne sera plus ou beaucoup moins disponible. 
le cavare a écrit :

"Ce tournoi à Saint-Etienne, c'est la mort assuré de cet événement, qui avait trouvé son public à Lyon." Doit-on en déduire que les amateurs de rugby lyonnais seraient aussi stupides que les footeux et ne se dépaceraient pas à Saint-Etienne pour un évenement que tu qualifies d'exeptionnel?

La transition est toute trouvée avec le public. Le centre de gravité du Comité du  Lyonnais c'est entre Lyon, Bourgoin et Bourg en Bresse, donc plutôt l'Est Lyonnais. Là à Saint-Etienne, on n'est plus dans la zone idéale. Il n'y a que 8 clubs dans la Loire - aucun en Fédéral - sur les 92 clubs que compte le CRL. Certes, Lyon-Sainté c'est 45 min de voiture sans péage. 
J'ose espérer que les gens feront le déplacement, surtout pour supporter l'équipe de France. Mais de là à avoir un déplacement massif qui permetterai d'amortir tous les frais de l'événement, permets moi d'en douter. 
De ce fait, le déplacement à Saint Etienne avec une hausse des coûts, une baisse des recettes et un éloignement du public, financièrement, c'est très compliqué. 

Je finirai à ce sujet en me répétant au sujet des vacances. Début juillet, pour le Comité, ça va être compliqué d'impliquer les clubs. Ce tournoi, c'est aussi pour les clubs. Le Comité les invitaient pour qu'ils participent à cette fête en fin de saison, aussi bien en tribunes, mais sur le terrain aussi, avec les finales du rugby à 7 territoriales séniors, mais aussi de la CRAR (Comité Rhone Alpes) et universitaires. Et les clubs, c'est au bas mot, 40% du public. Donc avec ces dates de début Juillet, ça va être très très compliqué. 

le cavare a écrit :

Quant à la "république des copains" peut-être mais encore faut-il le prouver. pourquoi ne pas reprocher aux dirigeants du LOU (lequel de LOU d'ailleurs) ou du comité d'avoir misé sur le mauvais cheval (pourquoi d'ailleurs?) et sont-ils finalement bien à leur place? je crains à l'aune de cette affaire un manque cruel de clairvoyance et de capacité d'anticipation?

 

Les dirigeants du CRL on peut-être misé sur le mauvais canasson au national, mais en local, leur élection ne souffre d'aucune contestation. Et sur le sujet précis du rugby à 7, leur mandature est un succès : Lyon Sevens, CRL Sevens Tour (premier tournoi amateur pour les clubs locaux de rugby à 7 - une première en France).

Je remarque juste que quand Camou était aux commandes, ce tournoi, sous l'impulsion en local du CRL, avec le soutien du LOU SASP et du LOU ASSO, avait trouvé son public, son modèle économique, et était une réussite. 

Là, la nouvelle Fédé fait table rase de cette réussite passée, pour faire autrement, selon ses affinitées. On sait très bien les liens entre les copains de Doucet et ceux de Camou. En gros, réinventer le fil à couper le beurre, en se passant de l'expertise des organisateurs de l'événement. A aucun moment la commission à 7 du Comité n'a été consultée, à aucun moment les salariés du Comité concerné n'ont été consultés. Juste le président du Comité a été recu succintement par Laporte, surtout pour tailler le bout de gras sur un contentieux financier entre le CRL et Rugby Europe, fédération tellement puissance et organisatrice selon Olivier, qu'elle est incapable d'honorer sa dette de 20 000€ auprès d'un Comité Territorial. 

Dois-je aussi mentionner le fait que le maire de Saint-Etienne est de la même couleur politique que Laporte lors de son passage au pouvoir ? Contrairement aux élus Lyonnais. Les coïncidences, sont nombreuses, permets moi de le relever. 

Ceux qui n'ont pas tous les éléments pour juger, qui font manque de clairvoyance, mettant en péril l'argent des clubs et de la Fédé, actuellement, c'est plutôt les équipes de la nouvelle FFR. 

J'aimerais bien les contacter pour leur faire part de tout ce que je sais à ce sujet, pour qu'ils aient toutes les cartes en main, afin de ne pas risquer notre argent, et surtout, que ce tournoi continue d'être un succès. 

Voilà, si tu as d'autres questions, je suis à ta dispo en MP ou ici sur le forum. 

#9

  • olivier
  • Le Piquant
  • 13/02/2011
  • Msg : 14 089

La mort n'était-elle pas programmée avant lorsque Lyon a perdu le world series au profit de Paris ?

l'année dernière, l'enjeu c'était Rio, cette année, rien...

Emile Zola, puis il s'écrava.
Amateur de Paul Verlaine et Marcel Verlaube.

#10

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

olivier a écrit :

La mort n'était-elle pas programmée avant lorsque Lyon a perdu le world series au profit de Paris ?

l'année dernière, l'enjeu c'était Rio, cette année, rien...

On peut le penser au premier abord, je te l'accorde. Pour en avoir parlé avec Boujon à l'époque, je lui ai demandé pourquoi avoir foutu le World Series à Paris alors qu'à Lyon, on commençait à avoir un tournoi sympa, du public, une petite culture du 7 etc etc. 

Il m'a répondu que le niveau mondial du WS méritait Paris, sans plus d'explication, enfin si, pour le prestige, la classe ... blablablabla. Je précise aussi que Boujon, VP FFR du 7 était aussi président du Comité Île de France (oui, je tape aussi sur l'ancienne FFR). 

Là où l'ancienne FFR et le CRL n'a pas été malin, c'est lors de l'attribution de l'étape féminine en France - qui est à Clermont - L'essai aurait pu être transformé en faisant de Lyon, l'hôte de ce tournoi, et en laissant à Paris, le tournoi masculin. Après tout, Lyon est la seconde agglomération de France, siège du 3è Comité de France, etc etc etc. 

Bref, toujours est il aussi qu'en 2016, vu l'échéance Olympique, quasi aucune nation européenne qualifiée n'a envoyé la grosse écurie sur le tournoi GPS organisée par Rugby Europe. Enfin si, la France l'a fait sur une étape. Du coup, l'attrait du tournoi perdait de sa superbe, sans les stars Française (Bourhaoua, Vakatawa ... ) ni les britanniques et espagnols. 

Le CRL a pris la décision de passer son tour, dommage pour le seul comité qui proposait l'équipe de France à 7 en France, depuis 4 ans, et qui a vu se jouer la qualif olympique sur ses terres.

Cette décision de renoncement s'est aussi justifiée car Rugby Europe n'a pas réglé un contentieux financier avec le CRL, une dette de 20000€ au sujet des voyages de la fédé écossaise qui s'est décommandée en 2015 au dernier moment. Le CRL payant les voyages des équipes en tant qu'organisateur, il s'est retrouvé à ne pas pouvoir se faire rembouser les voyages des écossais et à devoir payer en sus ceux de l'équipe remplaçante, la Roumanie. Lyon-Bucarest en avion, en compagnie nationale (pas de low-cost sur ces tournois là) ça commence à chiffrer. 

Donc mon cher Olivier, je te l'accorde, l'absence du Lyon Sevens en 2016, ça ne plaide pas en faveur de l'événement. Mais là, cette année, contrairement à 2016, on est après les JO. Tu as du voir les chiffres des JO comme moi, mais ce qu'à fait le rugby à 7 en terme d'image et d'audimat, c'est ENORME ! 
De plus, on a une star ultra vendeuse sur l'équipe de France à 7 qui s'est revelée sur toute l'année 2016 : Vakatawa. 

Bref, on a un contexte favorable au 7. Pour l'instant l'équipe de France de rugby à 7 Hommes n'est visibile qu'à Paris. Elle a clairement l'envie et la possibilité d'être vue en Province, et chez nous, à Lyon, elle a son public

#11

  • olivier
  • Le Piquant
  • 13/02/2011
  • Msg : 14 089

Alors pourquoi avoir écrit cela, puisqu'en fin de compte, les raisons sont ailleurs...

GeorgesJack a écrit :

Laporte, par le biais de Dullin, la FFR souhaiterait que le Lyon Sevens ne se fasse plus à Lyon, mais à Geoffroy Guichard, avec l'appui du nouveau club de Saint Etienne, le RCSE. 

Les dirigeants du CRL, du LOU ont soutenu Camou sans équivoque, tout comme ceux du RCSE ont soutenu Laporte.

On sacrifie donc la rentabilité et la faisibilité d'un événement, au profit de la République des Copains, dénoncé par ce même Laporte. 

Quant à Boujon, il n'est plus VP à la FFR, il n'est plus en charge de rien à la FFR et il n'est pas le bienvenu à la FFR. Il fait comme tous ces présidents de comités territoriaux qui ont bavé sur Laporte avant les élections, qui ont affirmé haut et fort qu'ils démissioneraient et qui en fin de compte s'accrochent à leurs prérogatives alors qu'ils ont menti à Camou et perdu toute crédibilité au niveau des clubs.

Emile Zola, puis il s'écrava.
Amateur de Paul Verlaine et Marcel Verlaube.

#12

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

olivier a écrit :

Alors pourquoi avoir écrit cela, puisqu'en fin de compte, les raisons sont ailleurs...

GeorgesJack a écrit :

Laporte, par le biais de Dullin, la FFR souhaiterait que le Lyon Sevens ne se fasse plus à Lyon, mais à Geoffroy Guichard, avec l'appui du nouveau club de Saint Etienne, le RCSE. 

Les dirigeants du CRL, du LOU ont soutenu Camou sans équivoque, tout comme ceux du RCSE ont soutenu Laporte.

On sacrifie donc la rentabilité et la faisibilité d'un événement, au profit de la République des Copains, dénoncé par ce même Laporte. 

Quant à Boujon, il n'est plus VP à la FFR, il n'est plus en charge de rien à la FFR et il n'est pas le bienvenu à la FFR. Il fait comme tous ces présidents de comités territoriaux qui ont bavé sur Laporte avant les élections, qui ont affirmé haut et fort qu'ils démissioneraient et qui en fin de compte s'accrochent à leurs prérogatives alors qu'ils ont menti à Camou et perdu toute crédibilité au niveau des clubs.

Parce que les raisons sont multiples, elles sont celles que j'ai exposé dans ce post succint et celle que j'ai exposé plus longuement.
 Mais de mon point de vue, je ne pense pas que l'équipe Laporte choisisse la bonne stratégie pour relancer cet événement, qu'elle cède aux sirènes de la facilité en gérant ça entre copains, présidents de clubs et maires. 

C'est dommage, on a besoin de voir France 7 ailleurs qu'à Paris. 
Même hors du Lyonnais et de Rhône Alpes, tant que l'événement est bien ficellé, d'un budget raisonnable et sur un bassin de population "rugby" conséquent. 

Quant à Boujon, je suis au courant qu'il n'est plus à la fédé, c'est juste qu'à l'époque où je l'avais rencontré, il était en charge du 7. J'ai pas de sentiment particulier envers lui. Il était en charge du 7, ça m'intéressait, je l'ai croisé, on a discuté. Point. 

#13

  • le cavare
  • Membre
  • 12/10/2008
  • Msg : 124

j'ai lu avec beaucoup d'intérêt otus les arguments liés à l'organisation du Lyon Sevens.

Je dois cependant noter que l'affaire en 4 ans, c'est 3 ans de déficit (qui a comblé?) et qu'à la dernière édition, celle de l'équilibre,  il est dit:  une enveloppe de 250 000€. Pour le financer, le CRL a pu s'appuyer sur : 15 000€ de la région, 35 000€ de subventions Grand Lyon/Ville de Lyon, 50 000€  de partenariat/sponsoring, 70 000€ de subvention exceptionnelle de la FFR. donc en clair, une affaire qui repose d'abord pour 20% sur les impôts (pas sûr que les habitants apprécient) et pour près de 30% sur l'aide exceptionnelle de la fédé. On arrive quand même à presque 50%. Globalement, une affaire qui ne repose que sur le bon vouloir et tout à la gloire du comité?. Ce n'est pas ma définition d'une affaire rentable.

 

Dernière modification par le cavare (13/01/2017 20:08:23)

#14

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

le cavare a écrit :

j'ai lu avec beaucoup d'intérêt otus les arguments liés à l'organisation du Lyon Sevens.

Je dois cependant noter que l'affaire en 4 ans, c'est 3 ans de déficit (qui a comblé?) et qu'à la dernière édition, celle de l'équilibre,  il est dit:  une enveloppe de 250 000€. Pour le financer, le CRL a pu s'appuyer sur : 15 000€ de la région, 35 000€ de subventions Grand Lyon/Ville de Lyon, 50 000€  de partenariat/sponsoring, 70 000€ de subvention exceptionnelle de la FFR. donc en clair, une affaire qui repose d'abord pour 20% sur les impôts (pas sûr que les habitants apprécient) et pour près de 30% sur l'aide exceptionnelle de la fédé. On arrive quand même à presque 50%. Globalement, une affaire qui ne repose que sur le bon vouloir et tout à la gloire du comité?. Ce n'est pas ma définition d'une affaire rentable.

 

En effet, les éditions 2011, 2012, 2013 et 2014 étaient déficitaires. L'équilibre aurait pu être et du être atteint en 2014, mais un imprévu de 25 000€ (merci GL Events) a grevé le budget 2014.

Mettre 2 ou 3 ans pour arriver à l'équilibre financier, je ne trouve pas celà abusé. Surtout que dans le contexte des années 2011 et 2012, le rugby à 7 était encore plus que confidentiel. 
Le déficit a été à la charge du Comité de Rugby du Lyonnais, dont les dirigeants avaient confiance dans le rugby à 7, sur le long terme. Au final, malgré les écueils actuels sur l'organisation ou non du tournoi, le pari sur le 7 s'avère payant au vu de l'évolution positive de cette pratique. 

Concernant la répartition du bugdet, on est quand même sur quelque chose de normal sur l'organisation de tournoi du genre, peu importe le sport. J'irai même plus loin en notant que tous les clubs de rugby en fédérale se reposent pour au moins 20% aussi sur les collectivités locales.

Enfin, on parle d'événements de sports, de développement de la pratique, tout cela mis en place par des associations. Je ne pense pas que lire des résultats uniquement par le prisme de la rentabilité, du retour sur investissement soit la plus pertinante des lectures. 

On peut faire des coorélations avec le nombre de supporters, des études sur l'image et la notoriété de la pratique à 7 et du tournoi. 

Ce qui permet de bien juger ou déjuger la réussite de l'événement. 

#15

  • le cavare
  • Membre
  • 12/10/2008
  • Msg : 124

Peut-être faut-il organiser des évenements à la hauteur de ses moyens et non à la hauteur de ses ambitions (toujours démesurées lorqsqu'il s'agit de l'argent des autres).

Je ne crois pas non plus au développement de la pratique par de tels évenements, qui regoupent à peine quelques milliers de personnes, uniquement spectateurs (intérêt limité). Le développment passe par la pratique du 7, pas par quelques retransmissions tv sur des chaines confidentielles ou payantes, ni par l'oganisation annuelle et ponctuelle d'un évenement destiné à quelques privilégiés (les équipes nationales européennes).

Je ne suis pas un spécialiste, mais quelqu'un qui suit le rugby depuis plus de 50 ans, et je connais nombre de pays en voie de développement où chaque club allie, durant toute la saison, un championnat à XV et un championnat à 7. C'est sûrement la voie à suivre (encore faut-il avoir de l'imagination et c'est sûr que c'est moins "financièrement" gratifiant) et le CRL, comme la fédé, serait bien avisé de consacrer ces "maigres" deniers à développer la pratique, pas l'autosatisfaction des dirigeants et la pub à bon marché de quelques sponsors.

On travaille à l'envers et cet argent serait vraisemblablement mieux employé à créer quleque chose de pérenne.

#16

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

le cavare a écrit :

Peut-être faut-il organiser des évenements à la hauteur de ses moyens et non à la hauteur de ses ambitions (toujours démesurées lorqsqu'il s'agit de l'argent des autres).

Concernant la hauteur des moyens, ne pas perdre d'argent sur un événement de sport, c'est être à la hauteur de ses moyens. On est dans des réalités financières différentes de celles de l'entreprise. Pas de rentabilité encore une fois, mais une recherche de l'équilibre financier. 
Je pense que connaissant la visibilité du Tournoi (10 000 spectateurs, 260 00 TVspectateurs) les contreparties de visibilités assurées aux collectivités locales on largement été amorties. 

le cavare a écrit :

Je ne crois pas non plus au développement de la pratique par de tels évenements, qui regoupent à peine quelques milliers de personnes, uniquement spectateurs (intérêt limité). Le développment passe par la pratique du 7, pas par quelques retransmissions tv sur des chaines confidentielles ou payantes, ni par l'oganisation annuelle et ponctuelle d'un évenement destiné à quelques privilégiés (les équipes nationales européennes).

C'est justement là où vous faites fausse route. Le gros plus du Lyon Sevens, c'était l'intégration des amateurs, des gens du comité - bénévoles, arbitres, joueurs amateurs séniors, universitaires, féminines, cadets ... - dans le tournoi, aussi bien en tribune que sur le pré. 
Je m'explique, une journée de 7, par sa nature même de tournoi, est ponctuée de pauses dans la compétition "fil rouge" - Ici le tournoi européen -. Pendant ces pauses, l'organisation du CRL avait pris la peine d'intégrer les septistes amateurs en organisant les finales territoriales du comité du Lyonnais, les finales CRAR des U16, des finales féminines universitaires. On continue, les arbitres du CRL assuerait les missions de Juge de Touche, d'En-But et de n4 et 5 sur le tournoi européen. Ils étaient aussi à l'honneur - sur tous les postes - dès que les amateurs rentraient en scène. Bilan 40 arbitres du CRL mobilisés sur les 190. C'est un exemple, mais il est frappant pour montrer à quel point cette compétition a impacté et a mobilisé et surtout a touché beaucoup de monde du Comité dans lequel il était organisé. 

Pour les amateurs séniors, on a une 15aine de clubs sur les 80 clubs amateurs compétition du Lyonnais qui ont joué le jeu du tournoi amateur, le CRL Sevens Tour. Les finales se sont déroulés sur la pelouse du Matmut Stadium, entre deux matchs européens. 
15 clubs touchés sur les 80, on sort du confidentiel. On n'est pas majoritaire, mais l'événement fait parler et les joueurs sont sensibilsés au 7, et le pratiquent. 

Pour les EDR, elles étaient toutes invitées, et les présentes, on pu profiter de l'événement plein pot : Village d'animation autour du 7 spécialement pour les gônes de tous âges : ateliers techniques, Rugby Tots pour les tous-petits, animations sur le terrain et même rammassage de ballons sur les matchs européens. Au total, sur l'édition 2015, c'est 3000 gamins qui on été sensibilisés au 7

De cette réalité, on est très très loin de votre constat de confidentialité et encore plus loin de celui de la nature privilégié, quand on voit à quels points les rugbymen et gens du rugby du Comité on été impliqués et sensibilisés à cette pratique. 

le cavare a écrit :

Je ne suis pas un spécialiste, mais quelqu'un qui suit le rugby depuis plus de 50 ans, et je connais nombre de pays en voie de développement où chaque club allie, durant toute la saison, un championnat à XV et un championnat à 7. C'est sûrement la voie à suivre (encore faut-il avoir de l'imagination et c'est sûr que c'est moins "financièrement" gratifiant) et le CRL, comme la fédé, serait bien avisé de consacrer ces "maigres" deniers à développer la pratique, pas l'autosatisfaction des dirigeants et la pub à bon marché de quelques sponsors.

On travaille à l'envers et cet argent serait vraisemblablement mieux employé à créer quleque chose de pérenne.

Le CRL pour sa part a compris l'intérêt de combiner les deux pratiques, comme vous le soulignez à juste titre. En fin de saison, les clubs territoriaux non-qualifiés en ch de France on l'obligation de participer soit à un challenge de fin de saison à XV, soit au CRL Sevens Tour, qui est qualificatif pour les ch de France de 7. 
Les clubs fédéraux ont leur plateau aussi sur le CRL Sevens Tour. Les clubs peuvent aussi - à niveau équivalents - s'associer en franchise, pour partager joueurs et entraîneurs. Des joueurs "solitaires" peuvent quant à eux intégrer une équipe de Barbarians du Comité, pour évoluer sur du 7, même si leur club ne suit pas. 

Ce tournoi ne coûte même plus un centime au Comité cette année, car un contrat avec la Société Générale vient d'être conclu. 

Donc, de ce constat, il est aisé de voir que le CRL pour sa part, est dans l'alternance des pratiques, la recherche de nouveaux procédés pour combiner les pratiques, plutôt que dans le paraître, il est dans l'action. 

#17

  • le cavare
  • Membre
  • 12/10/2008
  • Msg : 124

tout ceci va alors dans le bon sens et mérite sûrement d'être généralisé. Mais il faut peut-être aller au bout de la logique en imposant du 7 à tous les clubs, avec plusieurs tournois de fin de saison (quand on sait que la saison va se terminer pour beaucoup fin mars ou début avril).

#18

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

le cavare a écrit :

tout ceci va alors dans le bon sens et mérite sûrement d'être généralisé. Mais il faut peut-être aller au bout de la logique en imposant du 7 à tous les clubs, avec plusieurs tournois de fin de saison (quand on sait que la saison va se terminer pour beaucoup fin mars ou début avril).

Je ne peux que vous rejoindre. Mais généraliser le 7 comme alternative en fin de saison est certes une bonne idée. Cela nécessite un changement de mentalité, et surtout un gros travail de formation des joueurs, des entraineurs et aussi des arbitres. 

Ce changement nécessite des expérimentations, des débats (comme celui très construit que nous menons) et des échanges de bons procédés. 

L'ancienne mandature avait mis en place un groupe d'échange inter-comité autour du 7. J'espère que la nouvelle FFR va reconduire ce dispositif qui avait fait ses preuves pour continuer à avancer dans le développement de la pratique à 7, son intégration en France ... 

#19

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

Nous sommes fin janvier. La FFR n'a toujours pas pris de décision concernant le Lyon ou Saint-Etienne Sevens 2017 - alors qu'elle le note noir sur blanc au calendrier sur son site et ses publications officielles. 

Ce désintérêt pour l'événement qui a permi le renouveau du 7 en France est quand même symptomatique d'une FFR nouvelle version dépassée par les événements, incapable de prendre une décision rapide, pourtant face à Rugby Europe et le CRL, qui ne sont pas des "gros" acteurs de l'Ovalie. 

On se dirige donc vers un abandon de l'événement. En effet, sur le laps de temps restant, il est difficile d'organiser un événement qualitatif, bien structuré et surtout, équilibré financièrement. 

#20

  • olivier
  • Le Piquant
  • 13/02/2011
  • Msg : 14 089

Alors, ce n'est pas un désintérêt. La personne qui est président de la commission rugby à 7 dans le lyonnais m'a demandé si je pouvais aller à la pêche aux infos.

S'il y a du retard, c'est parce que Rugby Europe doit rendre sa décision et que la FFR est en attente de ce retour.

Quant à la polémique sur Saint Etienne, cela n'a rien à voir avec la chasse aux sorcières ou règlement de compte. Il n'a jamais été dit que ce serait à Geoffroy Guichard.

Il a été dit que ce serait sur Saint etienne, car il n'y a plus le matmut à Venissieux et que Gerland est trop grand pour accueillir cette épreuve.

Emile Zola, puis il s'écrava.
Amateur de Paul Verlaine et Marcel Verlaube.

#21

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

olivier a écrit :

Alors, ce n'est pas un désintérêt. La personne qui est président de la commission rugby à 7 dans le lyonnais m'a demandé si je pouvais aller à la pêche aux infos.

S'il y a du retard, c'est parce que Rugby Europe doit rendre sa décision et que la FFR est en attente de ce retour.

Quant à la polémique sur Saint Etienne, cela n'a rien à voir avec la chasse aux sorcières ou règlement de compte. Il n'a jamais été dit que ce serait à Geoffroy Guichard.

Il a été dit que ce serait sur Saint etienne, car il n'y a plus le matmut à Venissieux et que Gerland est trop grand pour accueillir cette épreuve.

Venant de Rugby Europe, rien d'étonnant, ils ne sont pas reconnu pour leur efficacité. Petite parenthèse sur le fait qu'au rugby, on a 3 fédés Européennes, dont 2 (RBS Six Nations et EPCR) qui se gavent en droits TV, merchandising, marketing et hospitalités pendant que l'autre, Rugby Europe, ramasse ce qu'elle peut de miette. Bref passons. 

J'espère vraiment que ce bel événement pourra continuer. Et que la FFR prenne ses responsabilités en filant un coup de main autre que financier au CRL. 

J'ai parlé aussi avec certains des organisateurs des précédents éditions, organiser cet événement hors de Lyon leur paraît très compliqué, aussi bien pour la logistique, les subventions et faire venir du monde au stade. Eux, préconisent Vuillermet, en faisant une édition 2017 modeste. Ce qui serait plutôt bien vu connaissant les diffcultés à lancer le projet, que tu viens d'évoquer (Rugby Europe, problématique du stade ... )

En tout cas, merci de la réponse et des éclaircissements. 

Dernière modification par GeorgesJack (30/01/2017 01:07:53)

#22

  • olivier
  • Le Piquant
  • 13/02/2011
  • Msg : 14 089

Vuillermet passe au foot...

Emile Zola, puis il s'écrava.
Amateur de Paul Verlaine et Marcel Verlaube.

#23

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

Du coup, pas de stade dispos à Lyon : Parc OL trop grand et ce serait une mauvaise idée d'aller vendre ce genre de manif à l'OL. Gerland en travaux. Vuillermet au foot. 
Il reste Saint-Etienne, ma foi, bien trop grand là aussi. 

Que faisons-nous ?

#24

  • GeorgesJack
  • Membre
  • 24/10/2016
  • Msg : 171

Encore un peu de plus vers un fiasco annoncé.

Sur le site du Comité de Rugby du Lyonnais (Bulletin Officiel du 20-fev), on apprend que l'hypothèse du tournoi à Saint-Etienne est toujours étudiée, avec l'aval de la FFR. 

Sauf que sur ce même document, on apprend aussi qu'aucune décision définitive n'est prise. à 4 mois du tournoi, rien n'est ficelé. Quel amateursime ...

Le CRL devrait mettre un stop à la FFR qui s'enlise dans d'obscures négociations avec Rugby Europe. Je pense que les dirigeants du Lyonnais ont en marre d'être pris pour des imbéciles par M.Dullin