Fédérale 2

Strasbourg (Strossburi) 2018/2019

#76

  • mauvaiz introduction
  • Membre
  • 05/05/2014
  • Msg : 48

Donnovan a écrit :
Baleine a écrit :

Article des DNA qui date du 18 Juillet...

https://c.dna.fr/sports/2018/07/18/un-ete-instable
(mais surement réservé aux abonnés...)

Voici le texte...

Rugby - RC Strasbourg : Christian Loth réplique et n’abdique pas, mais…
Un été instable
Désigné responsable par ses successeurs à la présidence du RC Strasbourg du bilan financier ayant mené au choix de repartir en Fédérale 2, Christian Loth étale sa vérité trois mois après sa démission. Il a émis une solution mais essuie une fin de non-recevoir.

La relation de confiance semble définitivement rompue.

Jean-Luc Dubois, Pierre Sourbès, les co-présidents, et le comité directeur ont tranché fin juin. Pour éviter le pire, le RC Strasbourg dit non à la Fédérale 1 et s’engage en Fédérale 2, le temps de remettre les comptes à flot. Leur principal reproche fait à Christian Loth est de ne pas avoir tenu ses engagements ( DNA du 30 juin ).

Aujourd’hui, ce dernier, qui a tout de même investi plusieurs centaines de milliers d’euros en cinq ans, veut faire comprendre comment on en est arrivé là.

« Les causes sont multiples. Structurelles avec, depuis toujours, la fragilité du budget dont 60 % relèvent du mécénat. Or, la somme annoncée au départ par un mécène n’est pas forcément la même à l’arrivée. Puis conjoncturelles avec une succession d’événements allant tous dans le mauvais sens : la fin des emplois aidés, lesquels représentaient 180 000 euros sur l’exercice précédent, compensés à hauteur de 70 000 euros seulement ; la réduction de voilure de cinq gros partenaires engendrant une perte de 250 000 euros ; les charges prud’hommales de l’ordre de 107 000 euros liées aux affaires Braem et Jursik datant de 2013. »

« Je n’ai pas tenu mes engagements car d’autres n’ont pas tenu les leurs »

Telle était la situation au cœur du printemps. « À un moment donné, il faut compenser, poursuit Christian Loth. Dans un comité, l’effort financier doit être partagé. Il y en avait pour 210 000 euros. Les frictions ont commencé quand je me suis aperçu que je serai le seul à mettre sur la table. J’ai dit non, le bureau directeur a refusé de l’acter. Dès lors, j’ai pris ma décision, j’ai démissionné. Mais tout en précisant que je souhaitais rester au comité directeur. »

Le club a préféré faire table rase. « On m’a écarté du comité directeur, sans même m’en informer. Conséquence immédiate, ils faisaient une croix sur mes apports. On me reproche de ne pas avoir tenu mes engagements. C’est vrai, car d’autres n’ont pas tenu les leurs. Et contrairement à eux, je suis toujours disposé à respecter les miens. »

La solution de la SASP
Le 2 juillet, Christian Loth a forcé les portes du comité directeur pour étayer le plan qui, selon lui, réglerait tout et aurait permis au RCS de rester en Fédérale 1 et de voir beaucoup plus loin, s’il était toujours aux affaires.

« La solution ? La scission de l’association et la création d’une SASP (Société anonyme sportive professionnelle, NDLR). Celle-ci remédierait à la recapitalisation et assurerait un fonds de roulement qui vous met à l’abri des incertitudes d’une saison à l’autre. »

L’ex-président s’est voulu résolument offensif. « Pour cette capitalisation, j’ai trouvé les investisseurs et apporté les preuves que l’argent est là. Il est provisionné sur un compte. Il y en avait pour 600 000 euros pour la SASP, 300 000 pour l’association. J’ai montré que tous les éléments étaient là pour respecter les engagements dès le lendemain. La proposition a été refusée car je l’ai conditionnée à des démissions. C’est que beaucoup de membres présents ont compris que ce serait la fin du système selon lequel les uns paient, les autres décident. Dans une SASP, les règles sont claires. Les investisseurs mettent de l’argent et nomment un président. »

Christian Loth, pourtant, y croit toujours. « Si la SASP se crée, avec trois ou quatre investisseurs, le club va rebondir et il y aura des résultats. Car les compétences sont là, des gens extraordinaires, à commencer par le manager général Julien Chastanet, un homme remarquable. Je ne suis pas dans la polémique, mais dans le rétablissement des faits et les solutions à trouver. Je n’ai pas envie que ça s’arrête. Peut-être même n’est-on qu’au début de quelque chose. »

Trop de doutes,
confiance rompue
Sauf que selon Jean-Luc Dubois, entre le RCS et Christian Loth, on a atteint une situation de non-retour. À l’analyse des comptes, sans en dire plus pour l’instant, le club a trop de doutes sur la véracité des engagements. Il serait en possession d’éléments rompant toute confiance avec Christian Loth. « Le 2 juillet, il nous a montré ce qu’il voulait bien montrer. Cela fait plus d’un an qu’il nous parle de cette SASP. Pourquoi ne pas l’avoir déjà créée ? On n’en serait pas là. Nous avons d’autres chats à fouetter pour ne pas perdre du temps avec de telles considérations. »

Le club en est encore à établir des comptes précis. « À ce stade, on veut savoir où on en est, même pas où on va, lâche Jean-Luc Dubois. Car le commissaire aux comptes et le comptable en découvrent encore. »

Plus généralement, le co-président se veut néanmoins optimiste. « Des joueurs restent, d’autres arrivent. La reconstruction de l’équipe se poursuit. Elle sera compétitive, je n’ai pas d’inquiétude à ce sujet. Julien Chastanet est engagé à fond sur le dossier et est totalement en phase avec nous. Sans quoi, il ne serait plus là. Il n’a pas manqué de propositions, certaines fort intéressantes. Nous procéderons à l’assemblée générale en septembre où nous présenterons de nouveaux partenaires. Si l’un d’eux est prêt à insuffler une nouvelle dynamique, nous l’accompagnerons avec plaisir. »

Sous-entendu, en mettant fin à l’intérim à la présidence, comme annoncé mi-juin. D’ici là, l’été s’annonce toutefois encore bien chaud.

C'est un article révélateur sur la difficulté de faire vivre le sport dans une ville pourtant une grande ville. Ce qui est choquant C'est " ils n'ont pas tenu leur engagement donc moi n'on plus" les égaux passent ils avant le club d'une ville, d'un département, d'une région ?

Dommage pour le Rugby a Strasbourg. 

"égaux" égalent "égos" ?

#77

  • Donnovan
  • Membre
  • 26/05/2018
  • Msg : 82

mauvaiz introduction a écrit :
Donnovan a écrit :
Baleine a écrit :

Article des DNA qui date du 18 Juillet...

https://c.dna.fr/sports/2018/07/18/un-ete-instable
(mais surement réservé aux abonnés...)

Voici le texte...

Rugby - RC Strasbourg : Christian Loth réplique et n’abdique pas, mais…
Un été instable
Désigné responsable par ses successeurs à la présidence du RC Strasbourg du bilan financier ayant mené au choix de repartir en Fédérale 2, Christian Loth étale sa vérité trois mois après sa démission. Il a émis une solution mais essuie une fin de non-recevoir.

La relation de confiance semble définitivement rompue.

Jean-Luc Dubois, Pierre Sourbès, les co-présidents, et le comité directeur ont tranché fin juin. Pour éviter le pire, le RC Strasbourg dit non à la Fédérale 1 et s’engage en Fédérale 2, le temps de remettre les comptes à flot. Leur principal reproche fait à Christian Loth est de ne pas avoir tenu ses engagements ( DNA du 30 juin ).

Aujourd’hui, ce dernier, qui a tout de même investi plusieurs centaines de milliers d’euros en cinq ans, veut faire comprendre comment on en est arrivé là.

« Les causes sont multiples. Structurelles avec, depuis toujours, la fragilité du budget dont 60 % relèvent du mécénat. Or, la somme annoncée au départ par un mécène n’est pas forcément la même à l’arrivée. Puis conjoncturelles avec une succession d’événements allant tous dans le mauvais sens : la fin des emplois aidés, lesquels représentaient 180 000 euros sur l’exercice précédent, compensés à hauteur de 70 000 euros seulement ; la réduction de voilure de cinq gros partenaires engendrant une perte de 250 000 euros ; les charges prud’hommales de l’ordre de 107 000 euros liées aux affaires Braem et Jursik datant de 2013. »

« Je n’ai pas tenu mes engagements car d’autres n’ont pas tenu les leurs »

Telle était la situation au cœur du printemps. « À un moment donné, il faut compenser, poursuit Christian Loth. Dans un comité, l’effort financier doit être partagé. Il y en avait pour 210 000 euros. Les frictions ont commencé quand je me suis aperçu que je serai le seul à mettre sur la table. J’ai dit non, le bureau directeur a refusé de l’acter. Dès lors, j’ai pris ma décision, j’ai démissionné. Mais tout en précisant que je souhaitais rester au comité directeur. »

Le club a préféré faire table rase. « On m’a écarté du comité directeur, sans même m’en informer. Conséquence immédiate, ils faisaient une croix sur mes apports. On me reproche de ne pas avoir tenu mes engagements. C’est vrai, car d’autres n’ont pas tenu les leurs. Et contrairement à eux, je suis toujours disposé à respecter les miens. »

La solution de la SASP
Le 2 juillet, Christian Loth a forcé les portes du comité directeur pour étayer le plan qui, selon lui, réglerait tout et aurait permis au RCS de rester en Fédérale 1 et de voir beaucoup plus loin, s’il était toujours aux affaires.

« La solution ? La scission de l’association et la création d’une SASP (Société anonyme sportive professionnelle, NDLR). Celle-ci remédierait à la recapitalisation et assurerait un fonds de roulement qui vous met à l’abri des incertitudes d’une saison à l’autre. »

L’ex-président s’est voulu résolument offensif. « Pour cette capitalisation, j’ai trouvé les investisseurs et apporté les preuves que l’argent est là. Il est provisionné sur un compte. Il y en avait pour 600 000 euros pour la SASP, 300 000 pour l’association. J’ai montré que tous les éléments étaient là pour respecter les engagements dès le lendemain. La proposition a été refusée car je l’ai conditionnée à des démissions. C’est que beaucoup de membres présents ont compris que ce serait la fin du système selon lequel les uns paient, les autres décident. Dans une SASP, les règles sont claires. Les investisseurs mettent de l’argent et nomment un président. »

Christian Loth, pourtant, y croit toujours. « Si la SASP se crée, avec trois ou quatre investisseurs, le club va rebondir et il y aura des résultats. Car les compétences sont là, des gens extraordinaires, à commencer par le manager général Julien Chastanet, un homme remarquable. Je ne suis pas dans la polémique, mais dans le rétablissement des faits et les solutions à trouver. Je n’ai pas envie que ça s’arrête. Peut-être même n’est-on qu’au début de quelque chose. »

Trop de doutes,
confiance rompue
Sauf que selon Jean-Luc Dubois, entre le RCS et Christian Loth, on a atteint une situation de non-retour. À l’analyse des comptes, sans en dire plus pour l’instant, le club a trop de doutes sur la véracité des engagements. Il serait en possession d’éléments rompant toute confiance avec Christian Loth. « Le 2 juillet, il nous a montré ce qu’il voulait bien montrer. Cela fait plus d’un an qu’il nous parle de cette SASP. Pourquoi ne pas l’avoir déjà créée ? On n’en serait pas là. Nous avons d’autres chats à fouetter pour ne pas perdre du temps avec de telles considérations. »

Le club en est encore à établir des comptes précis. « À ce stade, on veut savoir où on en est, même pas où on va, lâche Jean-Luc Dubois. Car le commissaire aux comptes et le comptable en découvrent encore. »

Plus généralement, le co-président se veut néanmoins optimiste. « Des joueurs restent, d’autres arrivent. La reconstruction de l’équipe se poursuit. Elle sera compétitive, je n’ai pas d’inquiétude à ce sujet. Julien Chastanet est engagé à fond sur le dossier et est totalement en phase avec nous. Sans quoi, il ne serait plus là. Il n’a pas manqué de propositions, certaines fort intéressantes. Nous procéderons à l’assemblée générale en septembre où nous présenterons de nouveaux partenaires. Si l’un d’eux est prêt à insuffler une nouvelle dynamique, nous l’accompagnerons avec plaisir. »

Sous-entendu, en mettant fin à l’intérim à la présidence, comme annoncé mi-juin. D’ici là, l’été s’annonce toutefois encore bien chaud.

C'est un article révélateur sur la difficulté de faire vivre le sport dans une ville pourtant une grande ville. Ce qui est choquant C'est " ils n'ont pas tenu leur engagement donc moi n'on plus" les égaux passent ils avant le club d'une ville, d'un département, d'une région ?

Dommage pour le Rugby a Strasbourg. 

"égaux" égalent "égos" ?

On s'en branle...

Ce qui compte C'est le rugby à Strasbourg .

Ça va comme ça ?

#78

  • vieuxlille
  • Membre
  • 19/04/2014
  • Msg : 760

Boussole01 a écrit :
Boussole01 a écrit :
claudius2539 a écrit :

Si Strasbourg ne repart pas en fed 2, je pense qu'il est trop tard pour un remplacement et donc ce serait une poule de 11 équipes.

Mais bon, on en est pas encore là, même si les Alsaciens semblent plus que pessimistes devant la situation.

je leur souhaite que ce ne soit pas le cas et qu'ils pourront rebondir 

pas bon pour le rugby tout ca... déja que l'on perd des licenciés, situation qui va s'amplifier avec le succès footballistique français actuel

Perd des licenciés .. à cause du foot  ??? moi je dirais plutot à cause de Laporte ( + simon // brunel)  et de son attitude tout à fait à l'opposé des valeurs du rugby. J'y rajoute les affaires , les commotions , le rugby de bourins , une implantation géographique sur 2/3 du territoire et la quasi impossibilité à des joueurs français de percer . Rien de tel pour faire fuir les joueurs , puis les sponsors puis les spectateurs.

#79

  • Rugby 71
  • Membre
  • 25/07/2006
  • Msg : 1 192

Je comprends les arguments avancés par votre ex président qui d'après ce que j'ai compris  amenait une grosse partie du budget et ce sont ceux qui n'apportait peu financièrement qui voulaient commander. Allez voir à Nevers ou il y a un patron qui dirige le club avec autorité car c'est lui qui finance, cela n'empêche pas qu'une bonne ambiance s'installé. Mais il est normal que celui qui finance dirige aussi. Soit on accepte l'arrivée d'un financier et dans ce cas c'est lui qui dirige ou soit on en veut pas et on se démerde

#80

  • Osburne
  • Membre
  • 25/06/2016
  • Msg : 120

Bonsoir,

Le club communique un peu dans le Midol de demain. La situation est très fragile: liquidation ou poursuite du projet en F2 avec une réponse le 20 août. On parle de dix joueurs conservés, mais rien de sûr ! Les joueurs "conservés" ont sûrement un plan B wink

#81

  • Gio
  • Membre
  • 21/04/2009
  • Msg : 23

vieuxlille a écrit :
Boussole01 a écrit :
Boussole01 a écrit :

je leur souhaite que ce ne soit pas le cas et qu'ils pourront rebondir 

pas bon pour le rugby tout ca... déja que l'on perd des licenciés, situation qui va s'amplifier avec le succès footballistique français actuel

Perd des licenciés .. à cause du foot  ??? moi je dirais plutot à cause de Laporte ( + simon // brunel)  et de son attitude tout à fait à l'opposé des valeurs du rugby. J'y rajoute les affaires , les commotions , le rugby de bourins , une implantation géographique sur 2/3 du territoire et la quasi impossibilité à des joueurs français de percer . Rien de tel pour faire fuir les joueurs , puis les sponsors puis les spectateurs.

 

Tu peux pas dire n'importe quoi.

Je ne vois pas en quoi Laporte et son équipe soient responsable du nombre de commotions? Explique moi? Ni même sur le rugby "bourrin" comme tu dis? Ce ne sont pas eux qui décident du recrutement, des compo et du système mis en place par les équipes de Top14 ou ProD2.

Concernant l'implantation géographique ils ne sont pas non plus responsable de la mauvaise gestion de Strasbourg, Lille, Nice, Chalon, Marseille et/ou Montluçon. Je ne pense pas que la fédération freine la réussite d'une équipe et encore moins parce qu elle ne fait pas parti du sud, sud-ouest ou région parisienne.

Ne vous trompez pas, vous savez très bien qui sont les responsables de vos échecs, tirez en des conclusions et essayez d'avancer en vous fixant des objectifs avec humilité. 

Ils ont réussi à vous faire croire que vous avez un club pro et que vous méritez la ProD2 alors que vous n'avez pas les bases. Aujourd'hui vous pleurez comme si on vous avait volé qqch mais vous vous êtes planté tout seul sans l'aide de personnes.

Bon courage pour la suite et je souhaite à l'alsace d'avoir un club au moins en élite amateur.

#82

  • stopàlamauvaiselangue0
  • Membre
  • 25/07/2018
  • Msg : 3

Ce qui est un peu fatiguant dans ce débat, c'est d''entendre parler uniquement du côté financier et administratif : le président, les sponsors, la région; l'Alsace qui mérite un club de rugby de haut niveau... Personne ne se pose la question des 30 ou 40 mecs qui ont été laissés sur le carreau du fait de l'ambition démesurée de certain et du décallage avéré entre le message du club (pro D2 ou poule élite) et  la réalité financière.

Certe il s'agit de joueurs qui ont un statut professionnel mais qui aujourd'hui doivent faire face à des arriérés de salaire, qui se sont malgré tout engagé dans un projet sportif et qui ont du se débrouiller lorsque les difficultés ont été annoncées de manière officiels (Juillet alors que les recrutements des équipes étaient pratiquement bouclés)

Vous allez répondre que c'est le rugby pro et que se sont les aléa du sportif; mais il n'empêche que ces personnes qui prennent la direction de clubs, avec la seul ambition d'assouvir un fantasme personne,l ne sont jamais tenues responsables des conséquences de leur démesure sur les joueurs / staff / bénévoles.

Il y a des mecs, à ce niveau, pour qui le rugby permet de manger et de payer les factures; et quoi qu'on en dise personne ne s'en souci.

je vous prie de bien vouloir m'excuser pour ce petit apparté, mais je trouve désolant que l'aspect humain qui est exhibé comme "valeur du rugby" soit totalement oublié dans ces situations ( que ce soit pour le club de strasbourg ou pour les autres).

 

#83

  • stopàlamauvaiselangue0
  • Membre
  • 25/07/2018
  • Msg : 3

Ce qui est un peu fatiguant dans ce débat, c'est d''entendre parler uniquement du côté financier et administratif : le président, les sponsors, la région; l'Alsace qui mérite un club de rugby de haut niveau... Personne ne se pose la question des 30 ou 40 mecs qui ont été laissés sur le carreau du fait de l'ambition démesurée de certain et du décallage avéré entre le message du club (pro D2 ou poule élite) et  la réalité financière.

Certe il s'agit de joueurs qui ont un statut professionnel mais qui aujourd'hui doivent faire face à des arriérés de salaire, qui se sont malgré tout engagé dans un projet sportif et qui ont du se débrouiller lorsque les difficultés ont été annoncées de manière officiels (Juillet alors que les recrutements des équipes étaient pratiquement bouclés)

Vous allez répondre que c'est le rugby pro et que se sont les aléa du sportif; mais il n'empêche que ces personnes qui prennent la direction de clubs, avec la seul ambition d'assouvir un fantasme personne,l ne sont jamais tenues responsables des conséquences de leur démesure sur les joueurs / staff / bénévoles.

Il y a des mecs, à ce niveau, pour qui le rugby permet de manger et de payer les factures; et quoi qu'on en dise personne ne s'en souci.

je vous prie de bien vouloir m'excuser pour ce petit apparté, mais je trouve désolant que l'aspect humain qui est exhibé comme "valeur du rugby" soit totalement oublié dans ces situations ( que ce soit pour le club de strasbourg ou pour les autres).

#84

  • tigerking67
  • Membre
  • 22/11/2008
  • Msg : 366

stopàlamauvaiselangue0 a écrit :

Ce qui est un peu fatiguant dans ce débat, c'est d''entendre parler uniquement du côté financier et administratif : le président, les sponsors, la région; l'Alsace qui mérite un club de rugby de haut niveau... Personne ne se pose la question des 30 ou 40 mecs qui ont été laissés sur le carreau du fait de l'ambition démesurée de certain et du décallage avéré entre le message du club (pro D2 ou poule élite) et  la réalité financière.

Certe il s'agit de joueurs qui ont un statut professionnel mais qui aujourd'hui doivent faire face à des arriérés de salaire, qui se sont malgré tout engagé dans un projet sportif et qui ont du se débrouiller lorsque les difficultés ont été annoncées de manière officiels (Juillet alors que les recrutements des équipes étaient pratiquement bouclés)

Vous allez répondre que c'est le rugby pro et que se sont les aléa du sportif; mais il n'empêche que ces personnes qui prennent la direction de clubs, avec la seul ambition d'assouvir un fantasme personne,l ne sont jamais tenues responsables des conséquences de leur démesure sur les joueurs / staff / bénévoles.

Il y a des mecs, à ce niveau, pour qui le rugby permet de manger et de payer les factures; et quoi qu'on en dise personne ne s'en souci.

je vous prie de bien vouloir m'excuser pour ce petit apparté, mais je trouve désolant que l'aspect humain qui est exhibé comme "valeur du rugby" soit totalement oublié dans ces situations ( que ce soit pour le club de strasbourg ou pour les autres).

En total accord avec ces propos

 

#85

  • JACO
  • Membre
  • 04/05/2005
  • Msg : 956

+1 pour moi aussi , les joueurs (même si ils étaient pro) ne méritent pas de ne pas avoir de salaire ni même d'être informé sur le tard.

On va se rencontrer cette saison, j'espère voir un club debout avec de bons gars.

Je suis un ancien du comité alsace lorraine et j'ai fais les sélection juniors avec quelques gars de strasbourg de l'époque, on avait un bon groupe ( à l'époque c'était Tarusson le coach )!

Faut surtout pas s'en faire car quoi qu'il puisse arriver on ne nous fera jamais un 2éme trou du cul !!!!  big_smile big_smile
raie-manta-x2.jpg

#86

  • cro67
  • Membre
  • 25/03/2018
  • Msg : 3

Bonjour,

Je suis complètement d'accord avec le message de Tigerking67.

Nous pouvons remercier les joueurs pour la fin de saison exceptionnelle qu'ils ont fait alors qu'ils n'étaient plus payés ! Pour moi, le classement final n'est pas la 8ème place, mais bien la 6éme place en tenant compte des points arbitrairement retirés par la FFR.

Le comportement des dirigeants à l'égard des joueurs est scandaleux. Je connais la situation d'un joueur qui va partir dans le sud ouest. Sa situation doit être compliquée car son épouse travaille a Strasbourg. Les dirigeants les ont trompé scienmment. Tout leur discours c'était du pipo, pour obtenir le maximum de blé de la part de la ville, cg et région qui fort heureusement ont limité leurs apports.

Voici quelques montants de subventions trouvés sur Internet  :

CG 67 : 30 000 €  pour la saison 2017/2018,               73 023,70 € en 2014

Ville de Strasbourg : 214 000 € pour la saison 2015/2016

Eurométropole : 35 400 € en 2015

Pour mémoire, budget du club cité par le manager général fin 2017 : 2,1 M d'€ pour 43 salaries

Pour info, le salaire minimum d'un joueur de fédérale 1 est de 18 300 € brut / an, celui d'un entraîneur à temps plein est fixé à 38 410 € brut / an.

La masse salariale peut être estimée entre 1,25 et 1,5  M d'€ soit entre 100 000 et 125 000 € par mois

Les entrées au stade peuvent être estimées entre 80 000 et 100 000 € pour la une saison. On comprend mieux pourqui le RCS était volontaire pour que les matchs soient télévisés sur la chaîne 21 (l'équipe). La chaîne devait sans doute verser une contribution qui compensait largement les supporters qui préféraient regarder le match à la TV.

On constate qu'une grande partie du budget dépend donc de subventions privées de copains et de copains de copains. Dans ces conditions, pas étonnant que les conflits de pouvoir soient fréquents.

Les supporters sont totalement oubliés par les managers obnubilés par les luttes de pouvoir, tout comme les joueurs qu'ils n'hésitent pas à jeter comme des kleenex quand leurs business devient bancal.

Mais il ne faudrait pas oublier les salariés des entreprises de ces businessman qui sont eux aussi victimes de leur folie financière. L'abus de bien social est à mon avis une réalité qui malheureusement n'est pas sanctionnée dans notre beau pays. Je suggère aux syndicats des entreprises qui subventionnent des clubs dont la gestion est totalement opaque de s'intéresser de plus près aux budgets des clubs qui ont les yeux plus gros que le ventre.

Pour information trouvé sur le site "http://association1901.fr" :

"Dès lors qu’une administration d’Etat, une collectivité territoriale, un établissement public à caractère administratif, un organisme de sécurité sociale ou un organisme chargé de la gestion d’un service public administratif verse une subvention publique, quel qu’en soit le montant, il est dans l’obligation de communiquer les comptes du bénéficiaire de la subvention à toute personne en faisant la demande.

C’est l’article 10 de la loi n°2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations qui dispose que :

Le budget et les comptes de tout organisme de droit privé ayant reçu une subvention, la convention prévue au présent article et le compte rendu financier de la subvention doivent être communiqués à toute personne qui en fait la demande par l’autorité administrative ayant attribué la subvention ou celles qui les détiennent, dans les conditions prévues par la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 précitée.

Ainsi les comptes d’une association subventionnée deviennent des documents administratifs au sens de la loi de 1978 ; à ce titre, ils doivent être communiqués à toute personne en faisant la demande auprès de l’administration concernée par la subvention."

J'invite les joueurs et les salariés des entreprises qui ont versé de l'argent au rugby club de Strasbourg de s'intéresser au budget du club. Si par hasard, un inspecteur de l'URSAFF lisairt ce poste, il devrait à mon avis avoir du travail pour quelsues mois à éplucher les comptes du club. 

Autre piste, que l'association anticor s'intéresse à l'utilisation des subventions perçues par le rugvy club de Strasbourg, car de belles sommes ont été versées en pure perte. Et à la base, une tromperie organisée qui faisait crore que le club voulait monter en pro D2, alors que derrière les belles paroles se cachait une gestion pitoyable du club.

Mais le problème au final, c'est que personne n'est responsable de rien dans notre beau pays. Et les politiques ne veulent pas que ça change car ils pourraient un jour être mis eux-même sur la sellette.

Et pour conclure, j'espère que nos élus prendrons conscience qu'ils ont été bernés et mettront un terme aux subventions accordées au rugby club de strasbourg pour l'années 2018/2019 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

#87

  • Osburne
  • Membre
  • 25/06/2016
  • Msg : 120

Bonjour et bon week-end smile

Des joueurs de très bon niveau sont finalement restés à Strasbourg, et tant mieux ainsi ! Si l'effectif se confirme, on ne devrait pas passer à côté du titre cette année.

Match amical contre le voisin alsacien, Haguenau en F3, qui compte plusieurs joueurs ayant évolués au RCS,  18h30 à Hautepierre le 25 août.

Plutôt rassurant, mais le verdict c'est pour le 20 août. On prie en latin et en alsacien wink

#88

  • claudius2539
  • Membre
  • 22/07/2007
  • Msg : 4 041

Le 20 aout, il se passe quoi exactement ?

USTDA :    1946 - 2016
US DOLE : 1905

#89

  • Osburne
  • Membre
  • 25/06/2016
  • Msg : 120

claudius2539 a écrit :

Le 20 aout, il se passe quoi exactement ?

On devrait savoir si le RCS peut poursuivre son activité économique ou s'il sera liquidé. Rien que ça !

#90

  • claudius2539
  • Membre
  • 22/07/2007
  • Msg : 4 041

Osburne a écrit :
claudius2539 a écrit :

Le 20 aout, il se passe quoi exactement ?

On devrait savoir si le RCS peut poursuivre son activité économique ou s'il sera liquidé. Rien que ça !

merci pour ton retour.

Alors si son activité économique le permet, le RCS  continuera en fed 2.

Sinon, dépot de bilan et relégation en féd 3 ou voire en régional ?

USTDA :    1946 - 2016
US DOLE : 1905

#91

  • Osburne
  • Membre
  • 25/06/2016
  • Msg : 120

Bonjour,

Quelques bonnes nouvelles pour le RCS.

Wesley Dunlop a été conservé, donc pas de départ pour Castelsarrasin.

Valentin Insardi, 25 ans, ailier de Bourgoin, 33 matchs en ProD2 a signé à Strasbourg. Il passe un master de Psycho à la fac de Strasbourg. Belle opportunité.

Cinq jeunes joueurs issus de la formation integrent le groupe, avec deux ou trois recrues dans la région.

Tous les joueurs marqué d'un "???" dans mon tableau au dessus, y compris Juan Mangione et à l'exeption de Joachim Beaumont, restent à Strasbourg !

Le Staf est maintenu avec l'arrivée de Guillaume August pour la touche.

Je suis le premier surpris, j'espère qu'on aura de quoi monter une équipe espoir, et surtout éviter la liquidation fin août.

Bonne chance à Strasbourg !

Dernière modification par Osburne (12/08/2018 13:00:05)

#92

  • Romulus
  • Membre
  • 27/03/2005
  • Msg : 4 103

En fédérale 2 il n'y a pas d'équipe espoir mais une équipe de fédérale B  senior.

En résumé il faudra que Strasbourg présente chaque journée de championnat 44 joueurs seniors (22 x 2 règlement fédéral 2) sur les feuilles de match en comptant  les remplaçants.

Dernière modification par Romulus (12/08/2018 13:56:49)

#93

  • beuzno
  • Membre
  • 25/01/2014
  • Msg : 127

alors? qu'est-ce qu'y dit, le juge?

#94

  • Osburne
  • Membre
  • 25/06/2016
  • Msg : 120

beuzno a écrit :

alors? qu'est-ce qu'y dit, le juge?

Il dit qu'on lui a gâché ses vacances et que c'est reporté à plus tard ! Et entre temps, les joueurs continuent à vivre dans l'incertitude...

#95

  • Rugby 71
  • Membre
  • 25/07/2006
  • Msg : 1 192

Osburne a écrit :
beuzno a écrit :

alors? qu'est-ce qu'y dit, le juge?

Il dit qu'on lui a gâché ses vacances et que c'est reporté à plus tard ! Et entre temps, les joueurs continuent à vivre dans l'incertitude...

Plein de similitudes avec ce qui s'est passé à Chalon il y a 2 ans en espérant que ça finisse mieux pour vous

Dernière modification par Rugby 71 (22/08/2018 15:56:36)

#96

  • claudius2539
  • Membre
  • 22/07/2007
  • Msg : 4 041

Osburne a écrit :
beuzno a écrit :

alors? qu'est-ce qu'y dit, le juge?

Il dit qu'on lui a gâché ses vacances et que c'est reporté à plus tard ! Et entre temps, les joueurs continuent à vivre dans l'incertitude...

En espérant qu'il ne gâche pas la rentrée de Strasbourg......

USTDA :    1946 - 2016
US DOLE : 1905

#97

  • Rugby 71
  • Membre
  • 25/07/2006
  • Msg : 1 192

Malheureusement il y a le calendrier sportif d'un côté et le calendrier judiciaire qui parfois à des délais interminables. En plus un juge considère comme secondaire les affaires sportives. Pour Chalon c'était exactement pareil avec des joueurs non payés dans l'attente de leur avenir.

#98

  • La main du diable
  • Membre
  • 28/07/2018
  • Msg : 27

Malheureusement ,il y a au départ des dirigeants soit inexpérimentés, soit inconscients qui ont les  yeux plus grands que le ventre et recrutent sans moyen et vont directement dans le mur . Oû peut être que les instances de contrôle font mal leur boulot. En tout cas  c'est bien triste pour les joueurs premiers pénalisés et les supporters toujours déçus 

#99

  • affreux jojo
  • Membre
  • 16/09/2016
  • Msg : 179

Les joueurs ont plutôt l’air de croire que la sortie sera positive car vous conservez quelques contrats qui ont été sollicités par ailleurs 

#100

  • doublemetre
  • Membre
  • 28/09/2008
  • Msg : 776

Est-ce que la décision sera prise avant la reprise, dans 3 semaines ? Sinon ça va être compliqué ...